Nationalisme et laïcité arabe

Georges Corm fait revivre des courants de pensée aujourd’hui souvent frappés d’invisibilité.

La pensée politique arabe est-elle réductible à l’islamisme ? Au moment où les événements internationaux et le miroir des médias occidentaux nous incitent à répondre par l’affirmative à cette question, Georges Corm prend le contre-pied en replaçant ce questionnement dans une perspective historique. L’économiste et historien libanais, auteur en 1983 d’un ouvrage de référence, le Proche-Orient éclaté 1, remonte à la première moitié du XIXe siècle, époque faste d’un renouveau de la pensée arabe. Le cœur…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents