Pire que Merkel, Sigmar Gabriel, le pote d'Hollande, flingue les Grecs

Pour le ministre allemand de l’Économie et président du SPD, Sigmar Gabriel, de nouvelles négociations des Européens avec Athènes paraissaient « difficilement imaginables » après le non grec au référendum.

Sigmar Gabriel, le ministre social-démocrate en charge de l'Economie de l'Allemagne estime qu'après le « non » grec, « les derniers ponts » entre la Grèce et l'Europe sont coupés : « Après le refus des règles du jeu de la zone euro, tel qu'il s'exprime par le vote non, des négociations sur des programmes d'aide chiffrés en milliards paraissent difficilement imaginables. » « Tsipras et son gouvernement mènent le peuple grec sur un chemin de renoncement amer et de désespoir » a également déclaré Sigmar…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Articles récents