Quand les nations résistent…

Des référendums sur les traités à la crise grecque, les nations ont régulièrement exprimé leur désaccord avec la construction européenne. Sans toujours choisir la voie souverainiste.

Olivier Doubre  • 16 juillet 2015 abonné·es
Quand les nations résistent…
© Photo : Govin-Sorel/Photononstop/AFP

Élu six mois plus tôt, Alexis Tsipras a décidé, fin juin, de s’en remettre à la nation grecque. Dès l’annonce du référendum sur les exigences des créanciers, il a été accusé tous azimuts de « chantage », d’ « irresponsabilité » (Nicolas Sarkozy), de « trahison » (Jean-Claude Juncker), ou d’être « responsable de l’arrêt des négociations à Bruxelles » (Jeroen Dijsselbloem, président de l’Eurogroupe et social-démocrate néerlandais). Enfin, parmi les innombrables éditorialistes

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
La nation est-elle ringarde ?
Temps de lecture : 5 minutes