L’eau parisienne, un bien commun

Anne Le Strat relate comment elle a tenu tête à Suez et Veolia pour ramener l’eau de la capitale en gestion publique.

En juin 2001, quelques semaines après l’élection de Bertrand Delanoë à la mairie de Paris, se tient un comité d’établissement de Vivendi Eau Île-de-France, filiale de Vivendi (bientôt Veolia), laquelle détient depuis 1985 le contrat de distribution d’eau de la rive droite de la capitale. Ce jour-là, le directeur régional rassure l’auditoire quant à la nouvelle donne politique qu’induit l’arrivée de la gauche, qui met fin à l’ère Chirac (entamée en 1977) et plus largement à un siècle de gestion de droite à…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents