Médias : continuons la concentration !

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Ça pourrait devenir une chronique hebdomadaire : le mouvement de concentration dans les médias monte encore d’un cran. Le Figaro annonce que Matthieu Pigasse, Xavier Niel et Pierre-Antoine Capton se sont associés pour créer un fonds d’investissement, réunissant 300 à 500 millions d’euros pour commencer, récoltés auprès d’investisseurs. But commun : acheter des médias.

Les deux premiers sont connus, coactionnaires du groupe Le Monde et de L’Obs, Matthieu Pigasse possédant aussi dans son escarcelle Les Inrocks et Radio Nova. De son côté, Pierre-Antoine Capton est le fondateur de la maison de production Troisième œil, au premier rang des producteurs indépendants (« C’est à vous », sur France 5, c’est elle, tout comme « Un soir à la Tour Eiffel », ou encore « les Carnets de Julie », « les P’tits plats de Babette », « Zemmour et Naulleau »).

Lire > Bolloré, Drahi, Pigasse, Arnault : OPA sur les médias

Après les récentes transactions qui ont vu s’emparer Patrick Drahi de Libé , puis du groupe L’Express, avant Next Radio, Vincent Bolloré du groupe Canal, et Bernard Arnault du Parisien (Voir Politis n°1371, du 1er au 7 octobre), c’est une concentration supplémentaire qui s’ajoute, visant à concurrencer Vivendi ou Bertelsmann, baptisée « Media one », attendue en bourse en novembre ou décembre.

Selon Le Figaro , ce fonds d’investissement est d’un genre nouveau, un SPAC (Special Purpose Accurancy Company). « C’est la première fois , relève le quotidien, que le SPAC, instrument boursier inventé aux États-Unis dans les années 1990, débarque en France. Sa spécificité est double. Ce véhicule doit investir 75% des sommes récoltées dans l'acquisition d'une première cible de taille. Ensuite, le fonds procédera à d'autres acquisitions dans le même secteur afin de constituer, in fine, un acteur majeur. » Pas de hasard dans cette démarche, la valeur de marques, ou de titres n’a jamais été aussi bon marché !

On peut donc s’attendre à de nouvelles acquisitions dans les prochains mois. Peut-être moins dans la presse écrite, puisque presque tout est déjà aux mains des écuries en place, que dans la radio, la télévision (la TNT, avant tout), ou les sociétés de production fournissant les chaînes. La boucle serait ainsi bouclée.


Photo : Matthieu Pigasse, Pierre-Antoine Capton et Xavier Niel.
(ERIC PIERMONT, JACQUES DEMARTHON, MARTIN BUREAU / AFP)

Haut de page

Voir aussi

Articles récents