Comment protéger les lanceurs d’alerte ?

Alors qu’un collectif d’associations interpelle François Hollande sur les dangers de la directive sur le secret des affaires, les lanceurs d’alerte posent la question de l’émergence d’un pouvoir citoyen.

Ingrid Merckx  • 11 novembre 2015 abonné·es
Comment protéger les lanceurs d’alerte ?
© Photo : Hervé Flaciani, KSIAZEK/AFP

Paradoxe, c’est l’exposition médiatique qui protège ceux qui mettent au jour des scandales en France. Stéphanie Gibaud (UBS), Antoine Deltour (LuxLeaks), Irène Frachon (Mediator), Nicole Marie Meyer (Quai d’Orsay), Marion Larat (pilule 3e génération), Daniel Ibanez (Lyon-Turin)… Ils ont en commun d’avoir fait connaître des infractions graves, mais leur rôle n’a pas été reconnu. Ils ont été licenciés, comme la diplomate Nicole Marie

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société Police / Justice
Temps de lecture : 4 minutes