La colère de Paris

Joël Pommerat met en scène de façon spectaculaire la Révolution française en jouant sur l’anachronisme – mais sans convaincre.

Sur la Révolution française, ce ne sont pas les fresques théâtrales qui manquent ! Depuis les lointaines pièces de Romain Rolland et l’historique 1789 d’Ariane Mnouchkine, les tentatives de rendre visible l’explosion théorique et sociale de la fin du XVIIIe siècle se sont multipliées. Aujourd’hui, c’est un écrivain metteur en scène qu’on n’attendait pas sur ce terrain, Joël Pommerat, qui compose sur ces années-là une soirée fleuve, Ça ira (1) Fin de Louis. Plutôt tourné vers les fractures intimes de l’être…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.