Les yeux rivés sur la « timeline »

Caisse de résonance des attentats, Facebook et Twitter n’ont jamais été si centraux dans la couverture d’un événement en France.

Les oreilles vissées au transistor en 1940, les yeux rivés sur sa « timeline » en 2015. Sous les mots-clés « Bataclan », « ParisAttacks » ou « PrayforParis », les attentats de Paris ont donné lieu à un déluge de témoignages, de commentaires, de vidéos et de photos sur les réseaux sociaux. Cloîtrés chez eux, à des milliers de kilomètres ou à deux pas de la rue de Charonne, les internautes du monde entier ont, l’espace d’un week-end, fait de Facebook et de Twitter leurs fenêtres sur le monde. Plus…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents