Le trouble jeu des socialistes

Avec 27,73 %, le FN a crevé ses plafonds. Plutôt que d’interroger ses responsabilités dans cette catastrophe électorale, le PS préfère minorer le désastre et se poser en rempart.

La situation est sous contrôle. Tel est en substance le message délivré dimanche soir sur TF1 par le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, quelques minutes après 20 heures : « Si je regarde [le] rapport de force, le total de la gauche, qu’on disait en difficulté, doit dépasser les 36 % et en fait le premier parti de France », a-t-il assené. L’affirmation est osée. Et il fallait bien l’aplomb du ministre de l’Agriculture, un fidèle entre les fidèles du chef de l’État, pour feindre ainsi d’ignorer…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents