Dossier : Quelle gauche pour demain ?

La politique… sans les politiques

Ils nourrissent une piètre opinion des partis, mais sont très actifs sur le terrain social et écologique. Rencontre avec des militants pas résignés face à la crise démocratique, et bien décidés à secouer la société civile.

« Je ne vote plus, lâche Myriame Matari. Ça m’est apparu en contradiction avec mes valeurs. Et c’est difficile de l’admettre. » À 42 ans, cette avocate du barreau de Lyon, qui se consacre à la défense du droit des étrangers et des victimes de la discrimination, avait toujours mis un bulletin dans l’urne. Question de principe. « J’avais le sentiment de voter aussi pour le compte de mes parents algériens, installés en France depuis cinquante ans et qui n’ont jamais eu ce droit. » Mais, le 6 décembre dernier,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents