Lassana Bathily : La République d’un sans-papiers

Lassana Bathily, décrété « héros » de l’Hyper Cacher, raconte sa vie d’avant le 9 janvier 2015.

Christophe Kantcheff  • 6 janvier 2016 abonné·es
Lassana Bathily : La République d’un sans-papiers
Je ne suis pas un héros, Lassana Bathily, Flammarion, 244 p, 19 euros.
© GUILLOT/AFP

N’en déplaise à ceux qui ont besoin de personnages hors du commun, Lassana Bathily a intitulé le livre qu’il fait paraître un an après les attentats de janvier 2015 Je ne suis pas un héros. On se souvient qu’il mit à l’abri des clients dans le sous-sol de l’Hyper Cacher attaqué par Coulibaly, avant de s’enfuir et de renseigner les forces de police. Pour celui qui était alors magasinier, Nelson Mandela correspond, lui, à la figure du « héros », ou Martin Luther King, « qui a combattu le racisme sans tuer personne ». Après avoir « agi avec (s)on cœur, un point c’est tout », Lassana Bathily a été projeté sous les lumières de la notoriété, obtenant la nationalité française instantanément, étant reçu à l’Élysée aussi bien qu’aux États-Unis et sur tous les plateaux de télévision, où l’on s’est longtemps étonné qu’un Malien musulman puisse travailler dans un magasin juif – ce qui pour lui n’a jamais été un problème, ni même une question. Il ne restait plus à un éditeur qu’à le solliciter pour qu’il fasse le récit de sa vie – le voici. Le plus intéressant du témoignage de cet homme de 25 ans ne concerne pourtant pas le 9 janvier ni la gloire qui s’est ensuivie. Mais ce qui a précédé. Ces années où, débarqué en France de son Mali natal à 16 ans, comme son père qui était venu y travailler, Lassana Bathily, longtemps sans-papiers, a dû conquérir sa place. Comme l’indique le titre de l’un des chapitres, « Le parcours du combattant », rien n’a été facile.

Lassana Bathily ne manifeste pourtant aucun doute sur la possibilité de s’intégrer dans la société française. Son témoignage, même teinté de gratitude envers le pays dont il est désormais un citoyen, respire la sincérité, et force lui est de reconnaître que sa volonté d’intégration s’est vue contredite à plusieurs reprises. Notamment par l’administration française ou certains patrons non payeurs qui le contraignaient à l’illégalité, comme frauder dans les transports publics, par exemple. Les sans-papiers qui résistent sont des « héros ».

Société Police / Justice
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

À la maison, à l’école, en ligne ou dans la rue : les violences LGBTIphobes sont partout
Violences 17 mai 2024 abonné·es

À la maison, à l’école, en ligne ou dans la rue : les violences LGBTIphobes sont partout

Deux rapports, l’un de SOS Homophobie, l’autre de l’Observatoire LGBTI+ de la Fondation Jean Jaurès révèlent, en cette Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie, l’insécurité dans laquelle vivent les personnes LGBT et ce, dès leur plus jeune âge.
Par Hugo Boursier
Militants basques de Louhossoa : « coupables » d’avoir désarmé ETA… mais dispensés de peine
Justice 17 mai 2024 abonné·es

Militants basques de Louhossoa : « coupables » d’avoir désarmé ETA… mais dispensés de peine

Les militant·es basques Txetx Etcheverry et Béatrice Molle-Haran étaient jugés à Paris pour avoir participé à neutraliser des armes du groupe de lutte armée ETA, en 2016 à Louhossoa, dans les Pyrénées-Atlantiques.
Par Patrick Piro
Mobilisations étudiantes pour Gaza : « Un véritable tournant répressif »
Jeunesse 17 mai 2024 abonné·es

Mobilisations étudiantes pour Gaza : « Un véritable tournant répressif »

Multiplication des interventions policières, fermeture des lieux d’études, annulation ou interdiction de conférences : la répression des étudiants en raison de leur mobilisation pour le peuple palestinien est devenue la seule réponse des universités.
Par Léa Lebastard
« L’inceste, c’est toute une vie de silence »
Entretien 16 mai 2024 abonné·es

« L’inceste, c’est toute une vie de silence »

Dans un entretien donné à Politis, l’anthropologue Dorothée Dussy décrit les mécanismes du silence autour de l’inceste empêchant les victimes d’être entendues.
Par Pauline Migevant