Prison : Cellules de com’

La petite maison d’arrêt de Guéret, dans la Creuse, se targue d’avoir bénéficié d’un « vaste plan de rénovation ».

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Plus d’un million d’euros de travaux en quatre ans. La petite maison d’arrêt de Guéret (de 35 à 40 détenus), dans la Creuse, se targue d’avoir bénéficié d’un « vaste plan de rénovation ».

Seul bémol, la moitié des personnes incarcérées ont signé une pétition dénonçant une « opération de communication ». Seules quatre cellules ont été « refaites, les autres ayant été rafistolées ». Les signataires évoquent « l’état catastrophique de la cour de promenade », sans point d’eau, sans abri raisonnable, au sol casse-gueule, et des urinoirs « habités par des rats ».

Un constat partagé par le Syndicat pénitentiaire des surveillants (SPS), selon l’Observatoire International des prisons (OIP), et par le Contrôleur général des lieux de privation de liberté. Saisie par l’OIP, l’Agence régionale de santé du Limousin n’a pas encore donné suite.


Haut de page

Voir aussi

Corps volants et coudes serrés

Culture accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents