Dossier : Les dix scandales de la SNCF

SNCF : La sécurité, oubliée de la dérégulation

L’enquête sur les causes du drame de Brétigny-sur-Orge, en juillet 2013, confirment les manquements de la SNCF et ses efforts pour les dissimuler.

Des aiguillages « pourris » et « non conformes », sur lesquels la SNCF aurait laissé circuler 350 trains par jour, plus d’un an après la catastrophe de Brétigny-sur-Orge. C’est ce qu’on apprend des différents rapports et enquêtes effectués à la suite de cet accident – le plus grave des vingt-cinq années précédentes, avec sept morts et plus de 70 blessés. Alors que l’on connaît depuis longtemps la cause du déraillement, une éclisse (sorte d’agrafe reliant deux rails) usée qui a cédé lors du passage du…

Il reste 87% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents