Total veut laisser une partie du pétrole sous terre !

Le pétrolier français, qui organise à Pau une conférence internationale de la prospection off-shore, redoute son blocage par des militants climatiques.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Une rencontre « assez étonnante », raconte un des responsables associatifs. Jeudi 31 mars, six d'entre eux avaient été invités au siège de Total, à la Défense (Paris), pour... discuter ? Négocier ? Leur faire entendre raison ? Pas franchement sereins les deux membres de la direction présents, en tout cas. Car la plate-forme composée des organisations Alternatiba, Attac, Amis de la terre, ANV-COP21, Emmaüs Lescar-Pau, Bizi, Surfrider foundation Europe, 350.org et The Ocean nation a annoncé ni plus ni moins son intention d'empêcher la tenue d'un sommet du pétrole off-shore, prévu à Pau du 5 au 7 avril à l'initiative de la société texane Quest Off-shore et à l'invitation de Total, « un événement de référence de l'industrie » expose la littérature interne.

Colère des associatifs : quatre mois après la COP 21 et les engagements internationaux pris, la main sur le cœur, de maintenir le réchauffement climatique sous 2°C d'augmentation, le gratin des pétroliers vient planifier le développement de la prospection off-shore, et en dépit des risques démontrés par l'explosion de la plate-forme Deepwater Horizon le 20 avril 2010 ? La lettre de convocation de Total est un condensé de la pensée « fossile » : on n'y parle que de rentabilisation, pas un mot sur le climat ni l'environnement. De l'entre-soi de pétroliers et gaziers époque « Trente Glorieuses ».

Ce fut une rencontre à front renversé, jeudi dernier : Total avait délégué 5 personnes, qui demandaient aux associatifs de leur consacrer deux heures ! Refus de ces derniers, une seule suffisait bien pour s'entendre dire des fadaises telles que « mais vous avez raison de nous interpeller, notre communication a été très mauvaise, nous sommes bien d'accord avec vous sur les objectifs, le discours d'ouverture les rappellera », et aussi… « nous sommes conscient qu'il faudra laisser une partie des réserves pétrolières dans le sous-sol ». « C'est la première fois que j'entends un pétrolier dire ça ! », relève Txetx Etcheverry, animateur de l'association Bizi et présent lors de la rencontre.

Sincérité ? Éventuellement. Mais les opposants ne se font guère d'illusion : 600 opérateurs sont annoncés à Pau, et Total n'est pas leur porte-parole. Le pétrolier français voulait obtenir une nouvelle réunion avant le 5 avril. Refus poli mais ferme de la délégation associative, qui donne rendez-vous à Total après le sommet de l'off-shore. Ou ce qui pourra s'y tenir : les militants se disent très déterminés à faire capoter la réunion des « pourrisseurs » de climat et d'océans.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents