Viols impunis à Djibouti : le combat des femmes se poursuit

Après 19 jours sans manger, les Djiboutiennes ont mis fin à leur grève de la faim. Alors qu’un comité de suivi des plaintes vient d’être crée, dix autres femmes prennent le relai à Bruxelles.

Célia Coudret  • 13 avril 2016
Partager :
Viols impunis à Djibouti : le combat des femmes se poursuit
© Photo: Célia Coudert

Dix femmes djiboutiennes avaient entamé le 25 mars une grève de la faim, pour alerter l’opinion et les autorités sur le fléau des viols perpétrées par l’armée à Djibouti. Leur objectif : que soit menée une enquête internationale sur ces violences sexuelles qui demeurent impunies.

A LIRE > Des femmes en grève de la faim contre l’impunité du viol à Djibouti

Durant leurs 19 jours de grève, elles ont reçu le soutien de nombreuses personnalités politiques et d’associations, dont une délégation de l’Amicale Panafricaine. Mais c’est suite à leur rencontre avec Patrizianna Sparacino-Thiellay, ambassadrice pour les droits de l’Homme du ministère des Affaires étrangères, le 11 avril, qu’elles ont décidé de mettre fin à leur grève. « Ce n’est pas une fin, mais bel et bien un début », annonce le Comité des femmes djiboutiennes contre les viols et l’impunité.

Les grévistes affirment avoir obtenu que la question des viols, et de l’accès à la justice des femmes qui en sont victimes, sera évoquée dans les échanges bilatéraux entre la France et Djibouti. Patrizianna Sparacino-Thiellay leur a par ailleurs affirmé que la situation des viols massifs à Djibouti sera révélée dans les plus hautes instances européennes. Elle aurait également proposé un suivi régulier avec Femmes solidaires et le Comité des femmes djiboutiennes, qui aident les victimes de violence. Les deux ONG tenteront de les accompagner lors des dépôts de plainte dans les commissariats de Djibouti.

En attendant, un comité de suivi des plaintes a été crée à la suite de cette grève par le Comité des femmes djiboutiennes contre les viols et l’impunité, avec le soutien de l’association Femmes solidaires qui les accompagnent depuis le début. Il est notamment constitué d’Yvette Roudy, ancienne ministre, Marie-George Buffet, présidente de l’Assemblée des femmes, Marie-Christine Vergiat, député européenne, Myriam Thiam, responsable de l’Amicale Panafricaine, Anne-Cécile Mailfert, présidente de la Fondation des femmes, Annie Guilberteau, directrice générale du Centre national d’information des droits des femmes et de la famille (CNIDFF), et le mouvement des Femen.

Parallèlement à ces avancées, dix belges du Comité des femmes djiboutiennes contre les viols et l’impunité prennent le relai, et entament à leur tour une grève de la faim à Bruxelles.

Société Monde
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

« Avec ce qu’il se passe en Palestine, je ne peux pas ne pas voter »
Reportage 29 mai 2024 abonné·es

« Avec ce qu’il se passe en Palestine, je ne peux pas ne pas voter »

Ce 28 mai au soir, des milliers de personnes, dont une majorité de jeunes, se sont réunies place de la République en soutien à la Palestine, avant de se retrouver pour certain·es au « Manifestival » organisé par Louis Boyard. Sébastien Delogu, le député ayant brandi un drapeau palestinien à l’Assemblée, y est apparu.
Par Éléna Roney
À Raqqa, le cœur de la jeunesse syrienne bat encore
Reportage 29 mai 2024 abonné·es

À Raqqa, le cœur de la jeunesse syrienne bat encore

Il y a dix ans, la Perle de l’Euphrate, au nord-est de la Syrie, basculait dans la terreur imposée par Daech. En 2017, comme une double peine, la ville a été rasée à 80 % par les bombardements de la coalition internationale. Dans ses décombres, des jeunes tentent de donner un sens au mot espoir.
Par Céline Martelet
Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France
Presse 28 mai 2024 abonné·es

Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France

L’Observatoire français des atteintes à la liberté de la presse (Ofalp) s’est lancé le 24 mai lors d’une rencontre publique, réunissant citoyens et journalistes. Il entend recenser et rendre publiques les entraves au droit d’informer, en publiant un rapport annuel.
Par Clémence Le Maître
Rafah : « J’attends de l’État français qu’il dénonce ce génocide »
Palestine 28 mai 2024 abonné·es

Rafah : « J’attends de l’État français qu’il dénonce ce génocide »

Environ 10 000 personnes se sont rassemblées dans la soirée du lundi 27 mai dans les rues de Paris, suite au bombardement d’un camp de déplacés à Rafah. D’autres manifestations en France ont eu lieu. La frappe israélienne, qui a eu lieu la veille au mépris du droit international, a tué au moins 45 réfugiés palestiniens.
Par Tristan Dereuddre