Vous avez quatre heures pour vous accréditer à la Conférence environnementale de Hollande!

Comment se moquer du monde, et de la presse en particulier...

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Il n'est pas indigne de ne pas être obnubilé à longueur de journée par la boîte « arrivée » de son courriel. Il nous arrive d'en être accablé de plus de 150 par jour, dont peu sont dignes d'intérêt. Et ce jour, nous n'avons pris connaissance qu'à 18h30 du courriel du ministère de l'Environnement définissant les modalités d'accréditation de la presse pour la Conférence environnementale de Hollande — la dernière de son quinquennat, la dernière tout court très certainement. L'heure d'envoi : 14h. Bis à 16h. Quoi, pas encore renvoyé ? Il fallait le faire avant 18h. Pour être sur place lundi à 8h30 pétante, enregistré. Raté. On voudrait rénover les pratiques démocratiques qu'on ne s'y prendrait pas autrement.

Non pas que l'on soit fâché d'être privé d'un moment impérissable pour la transition écologique du pays. On laisse parler la députée EELV Michèle Rivasi (qui n'est pas rentrée au gouvernement, on le voit) : 

Ne participons pas à cette supercherie ! Le gouvernement n'en finit pas de trahir ses promesses et de tourner le dos à l'urgence écologique. Plutôt que de participer à cette mascarade, je préfère travailler sur une plateforme commune pour redéfinir avec tous les acteurs de l'écologie du quotidien une proposition d'un modèle alternatif de société !

La CGT boycotte aussi, et plusieurs associations n'ont finalement décidé d'y participer qu'in extremis — revirements politiques multiples, les bricolages de dernière minute du programme, esquive constante sur les grands dossiers… On vous livre la dernière en date : le code de l’environnement sera modifié pour permettre un référendum local sur le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, et contourner ainsi les critiques virulentes sur le format adopté (seul le département de Loire-Atlantique votera, etc.). « Plus de démocratie participative sur les grands projets à fort impact environnemental », rappelons-nous, c'était l'annonce de Hollande en 2014 après le drame de Sivens. Fastoche, il suffit de changer les règles du jeu en cours de partie !


Haut de page

Voir aussi

Articles récents