Dossier : Israël-Palestine : Le boycott contre la violence

BDS : Incohérences françaises

Alors qu’Israël rejette déjà l’initiative de la France pour relancer le processus de paix, le gouvernement criminalise les appels au boycott qui font pression sur l’État hébreu.

Il en va de la position française dans le conflit israélo-palestinien comme de beaucoup d’autres sujets : c’est le règne de la confusion. Alors que l’ancien ministre des Affaires étrangères, -Laurent Fabius, avait obtenu de haute lutte un vote favorable de la France pour reconnaître à la Palestine un statut d’observateur à l’ONU, et alors que le même Laurent Fabius est à l’origine d’une nouvelle initiative de conférence internationale, la traque se poursuit contre les associations qui appellent au boycott…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.