Dossier : Le renouveau du nationalisme corse

Jeune, corse, nationaliste… et ouvert sur le monde !

Les militants de la Jeunesse indépendantiste, comme les jeunes autonomistes réunis derrière Gilles Simeoni, refusent une conception identitaire du peuple corse, entendu comme une communauté de destin. Reportage.

Ils sont une quinzaine. Un peu moins que d’habitude sans doute, en cette période de vacances scolaires, même si certains ne sont ni étudiants ni lycéens. Il est 19 heures et la réunion de la section ajaccienne de la Ghjuventù indipendentista (GI) va commencer. Bon nombre de ces jeunes, majoritairement des garçons, vivent la majeure partie du temps à Corte, petite ville au cœur de l’île qui, en 1981, a vu renaître l’unique université de Corse, après une fermeture décidée durant la conquête militaire…

Il reste 95% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.