Violences policières : Le jeu dangereux du gouvernement

La multiplication du nombre de blessés parmi les manifestants interroge la gestion du maintien de l’ordre. L’évolution des stratégies policières et l’armement sont mis en cause.

Où ça des violences policières ? À l’évidence, le gouvernement n’en connaît pas. Ou, plus exactement, ne veut pas en entendre parler. Mercredi 3 mai, au Sénat, Pierre Laurent interpelle le ministre de l’Intérieur sur la « stratégie de tension et d’intimidation » qu’il l’accuse de mettre en œuvre contre les manifestants. Le sénateur communiste de Paris s’inquiète de la multiplication des « comportements inadmissibles, formellement constatés » dans les rangs des forces de l’ordre. « L’usage de la force est…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents