Dossier : Amérique du Sud : La gauche en panne

Bolivie : Evo Morales tient bon

Élu trois fois de suite avec des scores imposants, le Président bolivien compte parmi les derniers grands leaders de la gauche sud-américaine, avec un bilan souvent admiré.

Le 2 juillet 2013, Evo Morales est retenu treize heures durant à l’aéroport de Vienne (Autriche). Il refuse de laisser inspecter son avion présidentiel, soupçonné d’y cacher Edward Snowden. Le Monde diplomatique est le seul média en France à publier le récit de cet incident hallucinant, où il ne mâche pas ses mots : « Intimidation », « séquestration », « domination coloniale »… L’épisode montre en tout cas la défiance de l’Occident, et des États-Unis en particulier, vis-à-vis de cet Indien élu trois fois…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents