Comment Free a obtenu le label des entreprises « où il fait bon travailler »

Comment l’entreprise de Xavier Niel a obtenu le label des boîtes « où il fait bon travailler », après avoir écarté de l’étude les salariés trop critiques. Suite de notre enquête.

Lorsque le palmarès 2013 des entreprises « où il fait bon travailler » a été publié par l’institut Great Place to Work, certains salariés du groupe ont cru à une mauvaise blague. Free SAS figure à la 19e place du classement des entreprises de moins de 500 salariés, ce qui signifie que son personnel a répondu positivement à au moins 70 % des 59 questions soumises par le cabinet. Des témoins anonymes ont douté publiquement de la sincérité de cette étude. Récoltant au mieux le silence, au pire une plainte…

Il reste 93% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents