L’État islamique chassé de Fallouja

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Première ville irakienne à tomber aux mains de Daech en janvier 2014, la ville de Fallouja a été totalement libérée dimanche 26 juin par les forces irakiennes, plus d’un mois après le lancement de l’offensive. Un revers de plus pour l’État islamique, qui, depuis un an, a perdu deux tiers de son territoire. Encore faut-il que les milices chiites, qui ont participé à l’offensive, ne se livrent pas à des exactions telles que les violences qui avaient favorisé le succès de Daech, il y a deux ans, auprès des populations sunnites persécutées.

De son côté, le Premier ministre irakien, Haïder al-Abadi, a appelé les Irakiens à « célébrer » la reprise de Fallouja, tout en fixant le cap sur Mossoul, au Nord. Deuxième ville du pays, c’est la dernière place forte de l’organisation jihadiste en Irak, qui y avait proclamé son califat en juin 2014.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents