Magnanville : Les nouveaux visages du terrorisme

Les attentats d’Orlando et de Magnanville ont mis en évidence une nouvelle génération de jihadistes, isolés, auto-labellisés, qui gomment la frontière entre fait divers et attentat. Comment lutter contre ce terrorisme diffus ?

Ingrid Merckx  • 22 juin 2016 abonné·es
Magnanville : Les nouveaux visages du terrorisme
© DOMINIQUE FAGET/AFP

« Terrorisme de proximité ». L’expression a traversé quelques journaux au lendemain des tueries d’Orlando et de Magnanville. Elle fait froid dans le dos. D’une part, en ce qu’elle renverse l’idée d’une proximité bienveillante : « commerce de proximité », « hôpital de proximité », « justice de proximité »… D’autre part, parce qu’elle sonne l’avènement d’une nouvelle forme de terrorisme.

Désormais, le terroriste type ne serait plus le délinquant de quartier populaire fanatisé dans une mosquée ou en prison et partant se former dans des camps d’entraînements en Syrie. C’est, potentiellement, son voisin de palier. Rallié à Daech en quelques mois, voire au moment du «

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société Police / Justice
Temps de lecture : 7 minutes

Pour aller plus loin…