Marseille vue des grues

Le photographe Jérôme Cabanel aime sa ville et renouvelle son point de vue.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Le photographe Jérôme Cabanel aime sa ville, Marseille, avec laquelle il entretient depuis longtemps un lien d’intimité. Pour renouveler son point de vue, il a trouvé un poste d’observation original : des grues. Marseille vue des grues est un beau-livre rassemblant ce travail photographique. « Jusqu’alors,écrit l’auteur de la préface, François Missen, deux solutions s’offraient au chasseur d’images pour rendre compte de la vie d’une métropole : soit au ras des trottoirs, le nez dressé vers le ciel, soit dans un appareil volant, en plongée à six cents mètres du décor à mettre en boîte. La méthode Cabanel est novatrice et plus riche dans sa cueillette. À quatre-vingts mètres, elle a le double avantage de traduire l’architecture de la ville et de raconter ceux qui y vivent. »

Les photos de Jérôme Cabanel sont à la fois spectaculaires et à dimension humaine. Elles prennent juste ce qu’il faut de hauteur pour appréhender la diversité de l’architecture et la complexité de l’urbanisme marseillais, et capter les traces qu’y produisent les habitants. Elles sont aussi, comme toujours, magnifiques.


Marseille vue des grues, Jérôme Cabanel, André Frère Éditions, non paginé, 35 euros.

Haut de page

Voir aussi

Articles récents