Accords de partenariat économique : l’unité africaine à l’épreuve des menaces européennes

Dans le cadre des « accords de partenariat économique » (APE), chaque pays est confronté à des problèmes et des calendriers différents.

Erwan Manac'h  • 31 août 2016 abonné·es
Accords de partenariat économique : l’unité africaine à l’épreuve des menaces européennes
© Illustration : Politis.

A lire > Notre dossier Accords Europe-Afrique : un marché de dupes

-Offensive libérale sur l’Afrique

-« Parler de gagnant-gagnant, c’est insulter les gens »

Afrique de l’Ouest (AO)

L’accord prévoit la suppression des droits de douane pour 75 % des produits européens d’ici à vingt ans. Les négociations se sont achevées le 10 juillet 2014 par la signature de 13 des 15 pays d’AO. Seuls le Nigeria et la Gambie n’ont pas encore signé. Le processus de ratification nécessite un vote des Parlements avant la mise en place de l’accord et il rencontre des obstacles importants.

Sénégal

Les 78 entreprises laitières craignent de devoir faire face à la concurrence du lait en poudre européen, aujourd’hui taxé à 5 %. Même inquiétude pour la filière de production d’oignons, qui s’est développée grâce aux quotas imposés sur les oignons importés. Forte opposition de la société civile et d’une partie de la classe politique.

Côte-d’Ivoire

Si l’UE rétablissait ses droits de douane sur ses importations, comme elle menaçait de le faire en cas d’échec des APE, l’industrie de transformation de cacao serait pénalisée, comme les exportations de bananes, qui subissent déjà la concurrence de l’Équateur. L’accord intérimaire ratifié le 11 août par l’Assemblée nationale prévoit une libéralisation de 81 % des produits en quinze ans.

Nigeria

Pays le plus peuplé d’Afrique et première économie du continent grâce à ses réserves de pétrole, le Nigeria craint de subir un coup d’arrêt dans son développement économique. L’industrie textile s’est déjà effondrée en

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Monde
Temps de lecture : 5 minutes

Pour aller plus loin…

Birmanie : « Nous gagnerons car nous n’avons pas le choix »
Résistance • 25 janvier 2023 abonné·es

Birmanie : « Nous gagnerons car nous n’avons pas le choix »

Deux ans après le coup d’État militaire, le mouvement de résistance pro-démocratie ne fléchit pas. Cependant, l’issue de sa lutte dépend du renforcement des soutiens extérieurs, jusque-là timides.
Par Patrick Piro
« La France n’a pas accompagné la démocratisation de l’Afrique de l’Ouest »
Entretien • 4 janvier 2023 abonné·es

« La France n’a pas accompagné la démocratisation de l’Afrique de l’Ouest »

Le chercheur béninois Francis Laloupo étudie depuis longtemps les enjeux géopolitiques de l’Afrique et les conflits qui y émergent, particulièrement en Afrique de l’Ouest. Cette région connaît aujourd’hui des soubresauts qui contrecarrent ses avancées vers la démocratie. L’ex-colonisateur français en porte une responsabilité non négligeable, estime le chercheur.
Par Patrick Piro
Droits des femmes et LGBT+ : la menace Meloni
Monde • 14 décembre 2022 abonné·es

Droits des femmes et LGBT+ : la menace Meloni

Depuis l’élection du gouvernement d’extrême droite en Italie, les mouvements pro-vie et anti-genre prennent de l’ampleur et s’emploient à infléchir la législation dans le sens de leurs combats.
Par Irene Fodaro
De la Syrie à l’Irak, les Kurdes sous les feux croisés turcs et iraniens
Répression • 9 décembre 2022 abonné·es

De la Syrie à l’Irak, les Kurdes sous les feux croisés turcs et iraniens

Accusés de tous les maux par Ankara et par Téhéran, les partis d’opposition et les groupes rebelles kurdes vivent des heures très difficiles en Irak et en Syrie. Si la « communauté internationale » ne cache pas sa préoccupation, personne ne semble en mesure de mettre fin à un cycle devenu infernal. Décryptage.
Par Laurent Perpigna Iban