« Elle est trop gentille… »

Lana*, professeur d’anglais de 25 ans, relate sa première rentrée en tant que titulaire dans un collège de REP + en Seine-Saint-Denis.

Lana  • 6 septembre 2016
Partager :
« Elle est trop gentille… »
Photo : ERIC FEFERBERG / AFP.

Lundi 5 septembre

Je sors vivante de cette premier journée de cours ! En me disant que j’ai déjà bien de la chance : au moins, moi, j’ai eu une première journée. Une de mes copines de promo est TZR (titulaire de zone de remplacement). Elle n’a aucune nouvelle du rectorat. Elle est toujours en attente d’une affectation. J’ai quand même bien mal commencé en oubliant mes clés de salle ! Je me suis dit qu’ils auraient sûrement un double et j’ai préféré avoir l’air bête plutôt que de faire marche arrière et de prendre le risque d’arriver en retard au tout premier cours… Ça fait mauvais genre… L’intendant n’a même pas trouvé ça drôle ! C’est pourtant tellement énorme ! Comme si je ne voulais pas vraiment rentrer dans la classe…

J’avais peur des 4èmes avec qui je commençais, mais ils ont été très sympas ! Les 6èmes, en deuxième, étaient très bavards. J’ai ensuite déjeuné avec les collègues à la cantine. C’était pas très bon mais l’ambiance était pas mal. J’en ai profité pour aborder la question de l’Accompagnement personnalisé (AP) et des Enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI). Je me sentais « mauvaise élève » de ne pas être trop au courant. Ils m’ont rassurée en me disant : « Normal que tu ressentes un flou, car on n’en a pas reparlé depuis juin et on se laisse un mois pour mettre cela en place… »

J’ai trouvé difficile de reprendre « une voix forte ». Je n’ai d’ailleurs presque plus de voix ce soir. Ce matin, ils étaient tous très calmes. Cet après-midi, j’ai retrouvé les 4èmes du matin. Ils étaient moins attentifs. J’ai dû monter le ton. J’ai repéré un élève qui était réticent même à dire bonjour. Il en a visiblement contre l’institution. Il m’a demandé d’entrée de jeu : « Ça veut dire quoi : « Fuck you bitch » ? » Je lui ai conseillé de vérifier plutôt chez lui… Pure provoc’…

On a commencé les cours en français pour remplir les fiches de renseignements et mettre en place des règles de classe. Bizarrement, les plus agités connaissent bien les règles. Ce qui m’a un peu atteinte, c’est que la classe de 4ème est sortie en disant aux 6èmes : « Elle est trop gentille… » Moi qui, justement, ne voulait pas avoir l’air trop sympa ! Je n’ai pas tenu mes objectifs… Est-ce que cela augure mal de la suite ? Quand un élève fait du bruit, j’attends le silence en le regardant. Un sixième a lancé : « Madame, pourquoi vous ne le punissez pas ? » Exactement ce que j’ai entendu l’année dernière quand je me suis faite chahuter ! Ca m’a déprimée… Je me dis que si je suis la seule à être gentille… c’est que les autres profs sont trop bien.

J’ai expliqué aux élèves : « Si vous êtes calmes, je reste calme. » Mais je ne suis pas contente de moi. Je leur ai expliqué le système de croix : «Dès que quelqu’un bavarde ou me coupe la parole, je mets une croix à coté de son nom. Aujourd’hui, ça compte pour du beurre. Mais attention, il suffit de dire « Madame » en même temps qu’on lève le doigt au lieu de lever la main en silence et ça compte pour une croix car je n’aime pas ça ! Au bout de trois croix par cours je donne une punition. Si elle n’est pas faite : une heure de colle ! »

Ce soir, je vais devoir revoir des trucs. Les 6èmes sont lents. Rien que prendre une demi-feuille, ça leur a pris dix minutes. C’est une nouveauté pour eux, qui sont habitués aux cahiers. Je les fais m’appeler par mes initiales. C’est drôle. Ils avaient l’air motivés. Quand je leur ai demandé pourquoi ils étaient là, ils ont répondu normalement : « Pour travailler », « Il faut écouter le prof ». Mais quand je leur ai demandé ce que je devais faire moi vis-à-vis d’eux, ils sont restés silencieux, comme s’ils n’avaient pas compris la question. Quand j’ai proposé : « Je vous dois le respect, je dois vous écouter… » Ils avaient l’air très surpris que j’évoque ça… Il faut que je travaille sur moi : je ne dois pas avoir envie de me faire aimer. On n’est pas là pour ça…

*Le prénom a été modifié

Lire épisode 5 >> Être prête pour le premier jour

Lire tous les épisodes

Publié dans
Les blogs et Les blogs invités
Temps de lecture : 4 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Chronique déconfinée du jardin: le navet n’est pas seulement un mauvais film…
Les blogs • 13 mai 2020

Chronique déconfinée du jardin: le navet n’est pas seulement un mauvais film…

Il a fait son entrée en cuisine loin du pot-au-feu
Par Claude-Marie Vadrot
La quiche qui déconfine les fonds de frigo
Les blogs • 12 mai 2020

La quiche qui déconfine les fonds de frigo

Pendant presque 2 mois, je vous ai proposé un rendez-vous culinaire pour assaisonner vos journées confinées avec des produits du placard ou faciles à trouver. Onze recettes plus tard, l’heure de sortir masque au vent de nos tanières a sonné. Voici donc la der des ders : la quiche qui déconfine les fonds de frigo.
Par Marie-Édith Alouf
Un pot-au-feu de printemps en 18 minutes chrono
Les blogs • 4 mai 2020

Un pot-au-feu de printemps en 18 minutes chrono

Vous êtes confiné·es chez vous et vous avez du temps à revendre. Pourquoi ne pas le passer en partie dans la cuisine ? Je vous propose un rendez-vous culinaire pour assaisonner vos journées : des recettes à réaliser avec des produits du placard ou faciles à trouver dans votre périmètre de confinement. Aujourd’hui, le « pot-au-feu minute » du cuisinier Pierre Gagnaire, revisité à ma sauce.
Par Marie-Édith Alouf
Le gâteau de semoule au caramel et son auteure fantôme
Les blogs • 28 avril 2020

Le gâteau de semoule au caramel et son auteure fantôme

Vous êtes confiné·es chez vous et vous avez du temps à revendre. Pourquoi ne pas le passer en partie dans la cuisine ? Je vous propose un rendez-vous culinaire pour assaisonner vos journées : des recettes à réaliser avec des produits du placard ou faciles à trouver dans votre périmètre de confinement. Aujourd’hui, un gâteau de semoule nappé de caramel et de mystère.
Par Marie-Édith Alouf