Semaine du goût : Un goût de réchauffé

Des manifestations gastronomiques aux restaurants, de l’entrée au dessert, l’industrie agroalimentaire s’occupe de notre assiette.

Jean-Claude Renard  • 5 octobre 2016 abonné·es
Semaine du goût : Un goût de réchauffé
© Photo : Marie Rihouay

« Votre invité est notre invité. » Telle est la formule de « Tous au restaurant », « l’événement incontournable de la rentrée » qui a déroulé sa septième édition du 19 septembre au 2 octobre. « Une occasion unique de découvrir ou redécouvrir les belles tables de France et la diversité, la vitalité et la créativité de ses cuisines ! » Créée en 2010 par Alain Ducasse, le parrain de la gastronomie française, la formule est simple : un menu acheté = un menu offert. Libre au restaurateur de participer à l’événement (une centaine d’euros les frais d’inscription).

En 2015, 575 000 clients ont réservé une table dans le millier d’établissements inscrits. « Chaque restaurateur est maître de sa prestation, de ses prix » et du nombre de tables qu’il veut bien mettre à disposition pendant cette quinzaine. C’est aussi lui qui décide du menu (dans ce cas, évidemment, le maquereau remplace le bar). Parmi les partenaires, curieusement, on recense Bongrain, Évian et Transgourmet, distributeur « de référence pour la livraison aux professionnels de la restauration », se targuant de 60 000 clients en « restauration commerciale, restauration collective et -boulangerie-pâtisserie ». Entendez : livreur, entre autres, de produits industriels qui finissent sur nos tables… Les partenaires de Transgourmet sont McCain, Liebig, Fleury-Michon, Danone, Heinz, Nestlé, Unilever, etc.

Patrimoine culinaire et rayonnement de la France

Ce 10 octobre, en partenariat avec le ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche et de la Ruralité, s’ouvre la Semaine du goût (jusqu’au 16 octobre). 27e édition, pas moins ! Initiée en 1990 par la -Collective du sucre (lobby majeur dans le secteur), relayée par le critique gastronomique Jean-Luc Petitrenaud et avec le concours du ministère de -l’Éducation nationale, cette semaine (coïncidant avec le lancement de la récolte de la -betterave à sucre) se veut « l’événement référent de la transmission et de l’éducation au goût pour le plus grand nombre. Elle favorise les rencontres entre les professionnels de la terre à l’assiette avec le grand public et les publics cibles (de la

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Pour aller plus loin…

À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »
Reportage 23 février 2024 abonné·es

À l’hôpital de Bourges, « on accepte que la mort puisse être une issue »

Malgré le manque de moyens et le désert médical dont souffre le département du Cher, la petite équipe de ce centre hospitalier essaie de soulager la douleur des patients en fin de vie.
Par Hugo Boursier
En France, la très lente révolution de la « culture palliative »
Santé 23 février 2024

En France, la très lente révolution de la « culture palliative »

Alors que des pays étrangers mettent en avant ces soins de confort, la France accuse un retard considérable. La faute au tabou de la fin de vie parmi des soignants concentrés sur l’unique objectif de guérison.
Par Hugo Boursier
À Marcq Institution, un professeur suspendu pour violences sexuelles après des années d’alertes
Enquête 22 février 2024

À Marcq Institution, un professeur suspendu pour violences sexuelles après des années d’alertes

Un professeur d’anglais du prestigieux lycée privé de la métropole lilloise est suspendu depuis le 31 janvier, après avoir été accusé par une élève d’avoir eu « une attitude inappropriée ». L’établissement assure avoir été réactif. Mediacités et Politis révèlent pourtant que plusieurs alertes le concernant avaient déjà été effectuées.
Par Pierre Jequier-Zalc
Protection de l’enfance : crise sociale et malaise politique autour de la Sauvegarde 93
Enfance 22 février 2024

Protection de l’enfance : crise sociale et malaise politique autour de la Sauvegarde 93

L’une des plus grosses associations de la Seine-Saint-Denis accumule les témoignages et les rapports accablants contre sa direction et ses méthodes de management. Face à une crise qui s’intensifie depuis février 2021, le département – qui assure le principal financement de l’association – reste sourd malgré les appels à l’aide des salariés.
Par Tristan Dereuddre