Chez nous, c’est pas comme ça

Inutile d’escompter que la vérité des faits puisse dessiller le fan-club de Sarkozy.

On regarde ce qui se passe aux États-Unis, juste avant l’élection présidentielle – dont le résultat sera connu quand tu liras ces lignes. On additionne – sans éprouver pour autant le moindre commencement d’une quelconque sympathie pour Hillary Clinton – les interminables crapuleries de Trump. On constate, non sans hébétude, qu’elles ne sont d’aucun effet sur la ferveur de son électorat, qui les tient pour non avenues et lui conserve sa dévotion. On se dit que ces f***u-e-s Yankees sont décidément…

Il reste 84% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents