Dossier : Une social-démocratie à l'agonie

Matteo Renzi, le « casseur » cassé

Le Premier ministre italien, qui risque d’être battu au référendum du 4 décembre, incarne la longue dérive du Parti démocrate.

S’en prendre à la Constitution de 1947, rédigée par les forces politiques issues de la Résistance, constitue l’un de ces tabous au sein du centre-gauche transalpin devant lequel Matteo Renzi ne recule pas. Dimanche 4 décembre, les électeurs italiens sont appelés aux urnes pour approuver une opération démagogique voulue par le président du Conseil, censée « diminuer les coûts de la vie politique ». La proposition prévoit de réduire le nombre de parlementaires en supprimant notamment le Sénat, qui jusqu’ici…

Il reste 87% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Un message positif

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents