Plus de 3 800 migrants évacués du camp de Stalingrad, à Paris

L'opération a débuté vers 6 heures, ce vendredi matin.

Le long de l’avenue de Flandres menant jusqu’au métro Stalingrad, des vestiges de tentes multicolores, de matelas trempés, de couvertures de survie déchirées, des baskets et jeans oubliés jonchent le sol. Au loin, des milliers de migrants soudanais, afghans et érythréens font les cent pas en attendant de pouvoir monter dans un car.

Le démantèlement du « plus grand campement » de migrants depuis la fin de Calais a débuté vers 6 heures ce vendredi matin. L'information a circulé la veille au soir grâce aux associations et aux réseaux sociaux, donc beaucoup d’entre eux avaient déjà préparé leurs sacs, même si leur destination reste bien floue dans leur tête. Certains jouent au foot pour patienter. L’un des responsables de la préfecture passe au même moment et confisque le ballon… avant de leur redonner. Humour…

Il reste 80% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

En Artsakh, sous les bombes

Monde accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.