Jean-Pierre Mignard, intime d’Hollande, envisage d’aider Macron

L’intérêt que cette figure discrète du PS porte à l’ancien ministre de l’Economie n’est pas une surprise pour qui se souvient des thèses des « transcourants » au milieu des années 80.

Michel Soudais  • 2 décembre 2016 abonné·es
Jean-Pierre Mignard, intime d’Hollande, envisage d’aider Macron
© Photo: Jean-Pierre Mignard à la tribune d'une AG du PS parisien, le 7 octobre 2008 (Michel Soudais).

Jean-Pierre Mignard ne compte pas parmi les socialistes en vue. Pourtant, plusieurs fois membre du conseil national du PS, il a été le président de l’association Désirs d'avenir, fondée par Ségolène Royal pour la campagne présidentielle de 2007. Il a surtout été le porte-parole de la Haute autorité du PS chargée de surveiller le déroulement de la primaire présidentielle de 2011, avant de présider la Haute autorité éthique (HAE) du PS, de janvier 2014 à mars 2016. Il s’en est de lui-même mis en retrait pour ne pas avoir à donner raison aux militants qui avaient saisi la HAE afin d’obtenir l’organisation, inscrite dans les statuts du PS, d’une primaire pour 2017. Lui y était personnellement hostile, le Président étant sortant et, de plus,

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Pour aller plus loin…

« La stratégie de Darmanin rappelle celle des années 30 »
Démocratie 3 mai 2023 libéré

« La stratégie de Darmanin rappelle celle des années 30 »

Michaël Fœssel, philosophe et auteur de Récidive. 1938, se penche sur notre démocratie, qui semble plus fragilisée que jamais. Si, pour lui, Macron n’est pas Daladier, la stratégie du gouvernement prend parfois des allures inquiétantes des années d’avant la seconde guerre mondiale.
Par Olivier Doubre
Européennes : l’ombre de l’éparpillement à gauche 
Analyse 26 avril 2023 abonné·es

Européennes : l’ombre de l’éparpillement à gauche 

Les insoumis plaident pour une liste unique en 2024. Mais ils sont bien seuls : écologistes et communistes tenteront probablement leur chance en solitaire. Si leur appel à débattre de l’Europe n’est pas entendu, les socialistes se prépareront à se lancer séparément.
Par Lucas Sarafian
Clémentine Autain et Bernard Cazeneuve : irréconciliables ?
Politique 26 avril 2023

Clémentine Autain et Bernard Cazeneuve : irréconciliables ?

La rencontre est inédite entre ces deux figures de la gauche appartenant à des camps que l’on dit incapables de se parler. Ils ont accepté, pour Politis, de se rencontrer et d’échanger franchement sur le quinquennat d’Emmanuel Macron, la crise sociale et démocratique, la République, les violences policières, l’état de la gauche et la conquête du pouvoir.
Par Pierre Jacquemain
« La gauche ne peut pas être dynamique en se tirant dans les pattes »
Entretien 14 avril 2023

« La gauche ne peut pas être dynamique en se tirant dans les pattes »

Roger Martelli, historien du communisme, analyse l’état du PCF au lendemain du congrès à Marseille et des déclarations chocs de Fabien Roussel.
Par Lily Chavance