Jeunesse : Le meilleur est-il à venir ?

Emploi, économie, amour… À quoi rêvent ceux qui ont entre 15 et 25 ans en 2016 ? Les temps ne sont pas riants pour les jeunes. Mais ils ne composent pas si mal avec l’incertitude, à en croire ZEP, le créateur de Titeuf, qui nous a permis d’illustrer ce dossier avec ses dessins.

Ingrid Merckx  • 21 décembre 2016
Partager :
Jeunesse : Le meilleur est-il à venir ?
© ZEP/Delcourt

« Génération Bof », « Génération Internet », « Génération X », puis Y, et même « Génération What » dans l’étude publiée par le CNRS-Cevipof le 14 décembre. Mais aussi « Génération jihad » ou « Génération Bataclan »… L’idée de génération a-t-elle un sens devant la diversité de ceux qui ont entre 15 et 25 ans en 2016 ? Tous frappés par des attentats qui ont marqué leur esprit et peut-être leur avenir. Tous freinés par la crise économique, au point qu’ils se dépeignent comme une génération « sacrifiée » ou « perdue ». Et, pour beaucoup, de plus en plus concernés par le devenir de la planète. Chômage, jihad et réchauffement climatique assombrissent les perspectives.

Les temps ne sont pas riants pour les jeunes, encore moins que pour le reste du corps social, dont ils sont la relève et le baromètre. Confiance mitigée en l’école, réduite envers les institutions, quasi nulle en les médias, inexistante en la politique. « Pessimisme collectif mais optimisme individuel », tempère Anne Muxel, sociologue au CNRS-Cevipof, qui a examiné les réponses de 320 000 jeunes Français à la consultation Génération What. Un paradigme commun : « Devoir composer avec l’incertitude ».

Et ils ne composent pas si mal, à en croire ZEP, le créateur de Titeuf, qui nous a permis d’illustrer ce dossier avec plusieurs dessins tirés de What a Wonderful World ! (Delcourt). Ou les jeunes candidats au concours d’éloquence Eloquentia, qui ont accepté de nous livrer leur témoignage. Ou encore ces jeunes de Sarcelles qui ont créé une chaîne de solidarité autour de la distribution de repas.

Les 15-25 ans d’aujourd’hui ont grandi en sachant que le monde du travail ne les attendait pas. En retour, ils n’accordent pas la même importance au travail que leurs aînés. Ils ont commencé leur vie sexuelle sans l’ombre du sida, ou alors estompée. Très « conso », connectés comme jamais, ils envisagent leur vie professionnelle plus loin du salariat.

S’ils se méfient des politiques, ils n’en font pas moins de la politique, mais davantage à l’écart des partis. Ils sont aussi plus de 66 % à estimer que l’Europe devrait ouvrir ses frontières. Désenchantés mais pas désespérés, sauf ceux qui partent « faire le jihad ». Et encore, certains commencent à en revenir. Quelle place pour ces « revenants » ? Et, pour tous, de quoi leurs rêves sont-ils faits ? Vers où se portent leurs espoirs ? Et qui pour les accompagner ?

Société
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France
Presse 28 mai 2024 abonné·es

Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France

L’Observatoire français des atteintes à la liberté de la presse (Ofalp) s’est lancé le 24 mai lors d’une rencontre publique, réunissant citoyens et journalistes. Il entend recenser et rendre publiques les entraves au droit d’informer, en publiant un rapport annuel.
Par Clémence Le Maître
Rafah : « J’attends de l’État français qu’il dénonce ce génocide »
Palestine 28 mai 2024 abonné·es

Rafah : « J’attends de l’État français qu’il dénonce ce génocide »

Environ 10 000 personnes se sont rassemblées dans la soirée du lundi 27 mai dans les rues de Paris, suite au bombardement d’un camp de déplacés à Rafah. D’autres manifestations en France ont eu lieu. La frappe israélienne, qui a eu lieu la veille au mépris du droit international, a tué au moins 45 réfugiés palestiniens.
Par Tristan Dereuddre
Après l’expulsion du squat « En gare » à Montreuil, un homme maintenu en rétention
Reportage 27 mai 2024 abonné·es

Après l’expulsion du squat « En gare » à Montreuil, un homme maintenu en rétention

Suite à l’action des forces de l’ordre le 23 mai, deux personnes ayant reçu des OQTF ont été placées 48 h en rétention administrative à Bobigny. Le lendemain, Politis s’y est rendu avec Alexis Corbière, député LFI exerçant son droit de visite. Depuis, l’un des hommes a pu sortir, l’autre a été transféré en centre de rétention administrative.
Par Pauline Migevant
L’expulsion du « En Gare » à Montreuil menace des sans-papiers
Entretien 24 mai 2024 abonné·es

L’expulsion du « En Gare » à Montreuil menace des sans-papiers

Une vingtaine de personnes, pour la plupart sans papiers, vivaient dans ce squat montreuillois. Elles risquent d’être expulsées du pays, craint un coordonnateur du lieu qui nous expose les raisons et conséquences de cette opération de police.
Par Pauline Migevant