Macron abat ses cartes

Au moins 10 000 personnes se sont pressées pour assister à son premier grand meeting.

La candidature d’Emmanuel Macron n’est plus virtuelle. La « démonstration de force » qu’il a livrée samedi à Paris a de quoi inquiéter la direction du PS. Au moins 10 000 personnes, dont pas mal de jeunes, se sont pressées porte de ­Versailles pour assister à son premier grand meeting, trois semaines après l’annonce de sa candidature. De quoi galvaniser ses partisans, qui, à l’instar de Gérard Collomb, ont ironisé sur l’absence de mobilisation de la Belle Alliance populaire une semaine plus tôt : « Si…

Il reste 81% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents