Dossier : Poutine : Pourquoi il fascine

Poutine : Pourquoi il fascine

Un phénomène assez récent qui coïncide avec le déluge de bombes russes qui s’abattent sur Alep. Ce qui accroît le malaise.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Vladimir Poutine jouit d’une étonnante popularité auprès de plusieurs personnalités politiques. Il séduit même Donald Trump. Ce phénomène assez récent coïncide avec le déluge de bombes russes qui s’abattent sur Alep. Ce qui accroît le malaise. À quoi correspond cette fascination, celle de Le Pen et de Fillon ? Pour répondre à cette question, nous avons interrogé la méthode Poutine, faite de brutalité et de mépris pour les droits humains. N’est-ce pas ce mode radical de résolution des conflits qui séduit ?

À lire >> Poutine : Le culte de la force

Poutine serait celui qui exprime notre lassitude devant une démocratie molle qui ne résout rien et nous manipule. Même en Syrie, ne va-t-il pas, à sa « manière forte », mettre un terme à cet interminable conflit ? Illusion, bien sûr, qui méconnaît les mouvements profonds à l’œuvre dans le monde musulman. Pour d’autres, il est celui qui défend la tradition chrétienne contre l’islam. Pour d’autres encore, il est ce nationaliste qui défend son pays coûte que coûte.

Interview avec le « maire » d’Alep-Est >> « C’est l’Armée libre qui défend Alep »

Dans ce dossier, nous avons rencontré le maire d’Alep-Est, dont le témoignage contredit évidemment le discours poutinien. Enfin, ayant noté comme beaucoup la mansuétude dont Poutine bénéficie dans les prises de position de Jean-Luc Mélenchon, nous avons voulu donner la parole à un responsable de France insoumise.

À lire >> Poutine : Le rôle de l’image… et de l’argent

À lire >> « Jean-Luc Mélenchon n’a aucune sympathie pour Poutine »


Haut de page

Voir aussi

Depuis 2018, on « revient à l’école de l’ordre, plus verticale »

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.