Attac contre la BNP, « la banque d’un monde qui change »

Quelques jours avant le procès du « faucheur de chaises » Jon Palais, l’organisation ne lâche rien dans sa lutte contre l’évasion fiscale.

Malika Butzbach  • 7 janvier 2017
Partager :
Attac contre la BNP, « la banque d’un monde qui change »
L'occupation d'une agence parisienne de la BNP par Attac le 6 janvier.
© Malika Butzbach

Ce matin du 6 janvier, c’est Place de l’Opéra (Paris 9e) que se déroule l’action d’Attac contre une banque « symbolique » précise Charlotte, militante. Après avoir fait l’autopsie de l’évasion fiscale en novembre, une trentaine de militants ont occupé l’agence BNP durant deux heures en mettant en scène l’emprisonnement des fraudeurs fiscaux.

À lire aussi >> Attac autopsie l’évasion fiscale au cœur de la BNP Paribas

Une annonce pour le procès du 9 janvier

Derrière les barreaux se trouvent Ronald McDonald, coupable d’optimisation fiscale, la BNP Paribas, Patrick Balkany, notre « champion national », mais aussi Jean-Claude Juncker, jugé pour son implication dans le LuxLeaks et son double discours à la Commission européenne. Le but de cet emprisonnement ? Le mettre en parallèle avec le procès de Jon Palais, qui se déroule à Dax ce lundi 9 janvier. Le militant, qui risque 5 ans de prison, est accusé de vol de chaises en 2015 par … la BNP Paribas. « Les fraudeurs fiscaux bénéficient d’une impunité, mais les militants et les lanceurs d’alerte, eux, sont jugés coupables », raille Aurélie Trouvé, la porte-parole d’Attac.

À lire aussi >> L’évasion fiscale au banc des accusés

Mobilisation en rire et chanson

Bien que les militants aient échoué à entrer dans les bureaux de la banque – les portes ont été bloquées à leur arrivée – ils continuent leurs actions dans le hall et sur le trottoir, sous les yeux des passants et des clients. Au programme : chants, animations et même une conférence improvisée de l’économiste Thomas Coutrot. Celui-ci, interrompu par l’arrivée des forces de l’ordre qui procéderont à l’évacuation pacifique des locaux, aura juste le temps de rappeler le montant de l’évasion fiscale en France : au moins 60 milliards, soit le déficit budgétaire du pays.

Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

« Le discours sur la sexualité des jeunes se résume à une forme de panique morale et sanitaire »
Entretien 28 février 2024 abonné·es

« Le discours sur la sexualité des jeunes se résume à une forme de panique morale et sanitaire »

Dans son livre Les Choses sérieuses, la sociologue Isabelle Clair enquête sur les amours adolescentes et examine la manière dont filles et garçons entrent en relation.
Par Hugo Boursier
Violences sexuelles : dans les lycées, la grande omerta
Enquête 28 février 2024 abonné·es

Violences sexuelles : dans les lycées, la grande omerta

Si les politiques publiques contre le harcèlement scolaire ont été renforcées, celles contre les agressions entre élèves demeurent confidentielles. Elles laissent les personnels dépourvus de cadre et les victimes souvent seules face à leur traumatisme.
Par Pierre Jequier-Zalc
Dans l’Hérault, un SNU sauce gospel et tir au pistolet
SNU 27 février 2024

Dans l’Hérault, un SNU sauce gospel et tir au pistolet

Dans une publication sur X (ex-Twitter) de la direction des services départementaux de l’Éducation nationale de l’Hérault, rapidement supprimée, des jeunes volontaires du SNU célébraient leur fin de séjour de cohésion par une chorégraphie au son d’un gospel. L’an dernier, dans ce centre, un intervenant extérieur a appris à des jeunes à tirer au pistolet.
Par Hugo Boursier
Main dans la main, le gouvernement et la FNSEA tapent encore sur les plus précaires
Agriculture 23 février 2024

Main dans la main, le gouvernement et la FNSEA tapent encore sur les plus précaires

À la veille du Salon de l’agriculture, le gouvernement a fait de nouvelles annonces pour calmer la colère des agriculteurs. Une nouvelle fois, les salariés agricoles en sont les grands absents. Pire, ils sont la principale cible.
Par Pierre Jequier-Zalc