Chelsea Manning sera libérée en mai

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


La nouvelle est tombée mardi 17 janvier : Chelsea Manning et 272 autres prisonniers verront leurs peines commuées ou seront graciés par Barack Obama. L'encore président pour deux jours n'a pas chômé et a utilisé ses derniers jours au pouvoir pour mettre des bâtons dans les roues de Trump et régler quelques affaires en souffrance. Comme les demandes de grâce de 273 prisonniers, parmi lesquels Chelsea Manning, recluse au secret dans une prison militaire depuis sept ans.

Celle à qui on doit la fuite de 700 000 documents militaires sur Wikileaks, a épuisé tous les recours pour obtenir le respect de ses droits de prisonnière, et l'accès aux traitements médicaux nécessaires à la préparation de son opération transgenre. Elle a tenté par deux fois d'attenter à sa vie et entrepris une grève de la faim pour attirer l'attention du président démocrate sur son cas. Et elle a finalement eu partiellement gain de cause. Obama ne l'a certes pas blanchie, ni déclarée innocente, mais il a commué sa peine de 35 ans en 7 ans. Elle sortira donc de prison le 17 mai prochain.

Et c'est tant mieux, car Trump n'aurait eu aucune aucune pitié pour celle qu'il a insultée publiquement. Mais il aura sans nul doute bien plus important à faire dès qu'il sera aux manettes, d'autant que nombre de républicains apprécient Wikileaks, à l'origine des fuites de documents internes au Parti démocrate durant la campagne présidentielle. Chelsea Manning devrait donc reprendre le cours de sa vie, qu'on lui souhaite douce et plus humaine.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents