Dossier : Gaspillage alimentaire : Tous concernés !

Gaspillage alimentaire : Tous concernés !

En France près de dix millions de tonnes de nourriture sont jetées annuellement. Un gaspillage qui ne touche pas seulement la grande distribution, mais aussi la restauration collective et commerciale, les cantines scolaires et les hôpitaux, et bien plus encore les consommateurs.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Retour de fêtes. Les frigos des foyers sont encore pleins à craquer. Les rayons de la grande distribution sont toujours aussi joliment approvisionnés, regorgeant de victuailles. De leur côté, les associations de solidarité espèrent voir se remplir leurs entrepôts, distribuer leurs repas par millions. Mais sait-on qu’en France près de dix millions de tonnes de nourriture sont jetées annuellement ? Ce gaspillage alimentaire ne touche pas seulement la grande distribution, comme beaucoup le pensent, mais aussi la restauration collective et commerciale, les cantines scolaires et les hôpitaux, et bien plus encore les consommateurs. Ce sont les foyers qui jettent le plus. Tout le monde est donc concerné. Affaire de responsabilité et de comportement.

Il y a presque un an, pour la première fois, une loi imposait

à la grande distribution de réacheminer ses invendus vers les associations caritatives, rompant avec l’image terrifiante de ces produits javellisés délibérément. Une loi qui va dans le bon sens. Mais cette lutte nouvelle ne se résume pas seulement à donner des invendus aux banques alimentaires. Aujourd’hui, on observe combien les associations, les entreprises et les collectivités se mobilisent contre ce fléau. Jusqu’aux chefs de cuisine, les mentalités évoluent et les initiatives s’additionnent pour trouver des solutions, révélant une prise de conscience sur un enjeu à la fois éthique, moral, économique et écologique.


Haut de page

Voir aussi

Le mythe du renouveau macronien dans les eaux troubles de la « raison d’Etat »

Tribunes accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents