En France, le mouvement contre la corruption est lancé

Des rassemblements contre la corruption des élus se sont tenus le 19 février, marqués par l’empreinte de Nuit debout.

Malika Butzbach  et  Hugo Boursier  • 20 février 2017 abonné·es
En France, le mouvement contre la corruption est lancé
© Photo : Michel STOUPAK / Citizenside et Malika Butzbach

Lancés sur les réseaux sociaux, des rassemblements en réaction aux récents scandales politico-financiers se sont tenus dans l’après-midi du 19 février à Paris et dans 41 autres villes de France. Même lieu, même mode de fonctionnement, mêmes messages, les similitudes avec le mouvement de 2016 font penser à une renaissance de Nuit debout, le mouvement du printemps 2016.

« Ça sent le printemps », s’exclame Ludo, youtubeur et membre du collectif Osons causer tandis que les bruits des casseroles retentissent sur la place de la République (Paris). Suite à un événement lancé sur Facebook par Vincent Galtier, qui se présente comme un _« citoyen encarté nul part », entre 2 000 à 3 000 personnes se sont rassemblées sur la place symbolique, ancien site de Nuit debout. Le collectif est d’ailleurs présent ce jour-là, ses organisateurs s’étant alliés à l’initiateur, apportant leur soutien en communication et organisation.

La renaissance du mouvement ?

Bruno, un ancien du mouvement, prépare le stand de Nuit debout. « Ce rassemblement s’inscrit dans la continuité de nos revendications de départ. On constate bien aujourd’hui cette distorsion de la politique avec le scandale de François Fillon et l’affaire Théo : tout deux n’ont pas droit à la même justice. » Lui est là depuis le début : « J’ai pas trouvé de raisons pour arrêter », sourit-il. S’il espère que le rassemblement relancera le mouvement de Nuit debout, il souligne que « l’objectif principal c’est vraiment de réveiller les gens et de leur donner la parole ». C’est d’ailleurs ce vers quoi tend le rassemblement : au bout d’une heure, une assemblée générale se met en place.

Les codes sont les mêmes qu'au printemps dernier : la prise de parole est libre, mais ne doit pas dépasser trois minutes « pour que tout le monde puisse s’exprimer ». De nombreux sujets liés à la politique et la corruption sont abordés, mais

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Pour aller plus loin…

« Marc Fesneau ne change pas du tout le cap »
Entretien 21 février 2024 abonné·es

« Marc Fesneau ne change pas du tout le cap »

Manon Meunier, ingénieure agronome et députée insoumise de Haute-Vienne, estime que le gouvernement n’est pas à la hauteur de la crise du monde paysan. Et appelle à un changement de modèle agricole.
Par Lucas Sarafian
Au pays des barges, les vaches sont bien élevées
Reportage 21 février 2024 abonné·es

Au pays des barges, les vaches sont bien élevées

Dans le Marais breton, en Vendée, épaulé·es par le réseau Paysans de nature, de jeunes agriculteurs et agricultrices développent une activité rentable, en harmonie avec la nature et en interaction avec les habitants.
Par Vanina Delmas
La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal
Analyse 21 février 2024 abonné·es

La difficile résistance d’une certaine idée du communisme municipal

En 2021, le maire PCF de Grigny, Philippe Rio, remportait le titre de meilleur maire du monde. Cette année, c’est la maire communiste de Graz – la deuxième ville d’Autriche –, Elke Kahr, qui remporte le titre. Le communisme municipal a-t-il de beaux jours devant lui ?
Par Lucas Sarafian
Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc
Analyse 19 février 2024

Accusée d’être hors de « l’arc républicain », la France insoumise veut jouer bloc contre bloc

Marginalisé par les troupes macronistes, le mouvement mélenchoniste refuse de revoir sa stratégie de la conflictualité. Les plus unionistes des ex-alliés de la Nupes tentent de déconstruire le récit du gouvernement et de la majorité. Mais le bruit et la fureur sont toujours d’actualité.
Par Lucas Sarafian