Les États africains fuient la Cour pénale internationale

Inquiets d’une justice internationale ne poursuivant de fait que des Africains, les chefs d’État ont adopté « une stratégie de retrait collectif »

Politis  • 8 février 2017
Partager :
Les États africains fuient la Cour pénale internationale
© Minasse Wondimu Hailu / ANADOLU AGENCY / AFP

En octobre dernier, le Burundi, l’Afrique du Sud puis la Gambie annonçaient qu’ils quittaient la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye. De nombreux autres États africains s’apprêteraient à faire de même, à la suite d’une motion collective, votée lors du 28e sommet de l’Union africaine (UA) à Addis-Abeba, en Éthiopie, les 30 et 31 janvier.

Entrée en fonction en 2002, faisant suite aux deux tribunaux internationaux ad hoc pour l’ex-Yougoslavie (1993) puis pour le Rwanda (1994), la CPI, chargée de poursuivre les personnes accusées de génocide, de crimes de guerre ou contre l’humanité, se voulait la concrétisation du rêve ancien d’une justice pénale universelle. Mais elle ne peut directement poursuivre que des crimes commis sur le territoire ou contre des ressortissants des 124 États ayant ratifié le Statut de Rome qui l’a instituée – dont 34 sont africains. Et ces derniers font l’objet de la quasi-totalité des procédures, visant parfois jusqu’aux chefs d’État (comme ceux du Soudan ou du Kenya). En effet, nombre d’États susceptibles de devoir rendre des comptes ont rejeté la CPI : États-Unis, Russie, Chine, Israël et presque tous les pays arabes…

Inquiets de cette justice internationale ne poursuivant de fait, à 90 %, que des Africains, les chefs d’État réunis à Addis-Abeba ont profité de cette réunion de l’UA pour adopter « une stratégie de retrait collectif » – même si celle-ci n’existe pas en fait en droit international et que chacun décidera seul, in fine, de son retrait effectif de la CPI. Et même si la majorité des affaires soumises à la Cour l’ont été de leur fait, nombre de dirigeants africains ayant cherché à se débarrasser par ce biais de leurs opposants.

Monde
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Malgré le choc, « ne pas abandonner » le combat de Navalny s’impose
Reportage 23 février 2024

Malgré le choc, « ne pas abandonner » le combat de Navalny s’impose

Un rassemblement en hommage à Navalny s’est tenu le 22 février à Paris. Politis s’y est rendu pour comprendre comment les Russes en exil voient désormais la lutte contre le régime de Poutine.
Par Pauline Migevant
« La crise sénégalaise est un héritage de la Françafrique »
Françafrique 21 février 2024 abonné·es

« La crise sénégalaise est un héritage de la Françafrique »

Le Sénégal portait en France l’image flatteuse d’une « vitrine démocratique » en Afrique de l’Ouest. Mais le report par le président Macky Sall du scrutin présidentiel du 25 février a brutalement changé la donne. Un « coup d’État civil », qualifient la journaliste Fanny Pigeaud et l’économiste Ndongo Samba Sylla, coauteurs d’un nouvel essai sur la Françafrique.
Par Patrick Piro
En Ukraine, les affres de l’enrôlement
Reportage 21 février 2024 abonné·es

En Ukraine, les affres de l’enrôlement

Deux ans après le début de l’invasion russe, les besoins de l’armée ukrainienne, estimés à 500 000 nouveaux combattants, vont croissant. Mais la mobilisation est de plus en plus difficile.
Par Hugo Lautissier
« Rafah sera la honte du monde » : à Paris, mobilisation contre le massacre des Palestiniens
Reportage 15 février 2024

« Rafah sera la honte du monde » : à Paris, mobilisation contre le massacre des Palestiniens

Alors qu’Israël a annoncé une offensive militaire imminente à Rafah, où sont déplacés 1,4 million de Palestiniens, un rassemblement a eu lieu le 14 février dans la capitale devant le ministère des Affaires étrangères pour appeler la France à agir.
Par Pauline Migevant