L’Inspection du travail sur le banc des accusés

Sinistre première, ce mardi au palais de justice de Versailles : une inspectrice du travail était poursuivie pour « tentative de chantage » par un employeur qui veut lui faire « rendre des comptes ».

L’inspectrice du travail avait fait « le B-A-Ba de [s]on métier » : rappeler à l’employeur son obligation de réintégrer un salarié protégé, dont le licenciement venait d’être invalidé. Mais l’employeur – la société Sepur –, décidé à faire « rendre des comptes » à l’Inspection du travail des Yvelines, qu’il accuse de « partialité », a porté l’affaire devant le tribunal de grande instance de Versailles, ce mardi 7 février. L’inspectrice du travail de 27 ans et deux de ses supérieurs font l’objet d’une…

Il reste 90% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Articles récents