Hamon veut créer une assemblée démocratique de la zone euro

Le candidat a tenu une conférence de presse ce vendredi 10 mars pour présenter son programme sur l’Europe, centré sur un traité de démocratisation de la gouvernance européenne.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Pour présenter son projet européen, ce vendredi 10 mars à la Maison de l’Europe, à Paris, Benoît Hamon est venu avec son soutien écologiste, Yannick Jadot, son conseiller sur l’Europe, Thomas Piketty, et quelques citations pleines d’optimisme. Dont celle-ci, signée Nelson Mandela : « Cela semble toujours impossible, jusqu’à ce qu’on le fasse. »

Conscient que le « chemin » pour réorienter l’Union est « étroit », « mais qu’il existe », Benoît Hamon propose un traité de démocratisation de la gouvernance économique de la zone euro, surnommé « T-Dem ».

« Mettre l’austérité en minorité »

Le candidat socialiste ne souhaite pas renégocier les traités existants, mais les compléter, en leur insufflant plus de démocratie, par la création d’une « Assemblée parlementaire de la zone euro ». Ce nouvel espace, constitué de députés nationaux au prorata des groupes politiques de chaque pays de l’Union et, pour un cinquième, d’eurodéputés, est censé représenter de manière plus directe les propositions des citoyens.

L’assemblée aurait aussi une fonction législative. L’objectif est clair : une majorité à gauche pourrait « mettre l’austérité en minorité » et contribuer à une « harmonisation sociale ».

Si l’équipe de Benoît Hamon reconnaît qu'à cause de « l’interdépendance des politiques économiques », « seule une révision générale des traités européens » serait « capable de corriger les défauts d’origine de l’Union économique et monétaire », elle juge cette solution, prônée par Jean-Luc Mélenchon, « peu probable ». « Dans des délais courts », c’est donc cette assemblée qui est proposée.

© Politis

Un plan d’investissement de 1 000 milliards d’euros est aussi avancé, « centré sur la transition écologique à destination prioritaire des zones européennes les plus défavorisées », ainsi qu’une « conférence Écologie-Présentation-Santé » et la reconnaissance européenne du statut des réfugiés climatiques.


Haut de page

Voir aussi

À quoi bon le Moyen Âge ?

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.