Les professeurs dénoncent le manque de surveillants dans les établissements scolaires

En grève le 16 mars, le personnel du collège Anne-Frank (Seine-et-Marne) mettent en cause les sous-effectifs des assistants d’éducation (AED). Les réponses de la direction sont jugées ambigües et insatisfaisantes.

« Non aux sous-effectifs, on n'est pas un sous-lycée ! ». La banderole devant le lycée Suger à Saint-Denis (93) le 12 septembre aurait pu se retrouver devant le collège Anne-Frank à Busy-Saint-Georges (Seine-et-Marne) ce jeudi 16 mars. Six mois après l'agression d'un surveillant du lycée Suger, qui a mis en lumière le problème des sous-effectif des AED dans les établissements scolaires, les choses n'ont pas beaucoup évolué. Que ce soit à Saint-Denis ou à Mitry-Mory (où le lycée Balzac était en grève la semaine dernière), on compte en moyenne un surveillant pour 200 élèves. C'est aussi le cas au collège Anne-Frank.

Il reste 79% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisi un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Haut de page

Voir aussi

Articles récents