« Tombé du ciel », de Wissam Charaf : Tragicomique libanais

Tombé du ciel, de Wissam Charaf, se veut une histoire contemporaine d’un pays toujours meurtri.

Longtemps passé pour mort, Samir est un ancien milicien libanais qui resurgit subitement dans la vie de son petit frère, Omar, videur d’une boîte de nuit avant d’occuper un poste de garde du corps d’une jeune femme lancée dans la politique. Revenu du diable Vauvert, d’outre-tombe. D’on ne sait où, sinon que sa disparition a duré vingt ans, mais qu’il n’a pas changé. « On dirait qu’on t’a mis dans du formol », lui dit Omar. Peu disert sur ces années, peu loquace sur son passé, sans papiers ni existence légale, il n’en a pas moins oublié comment remonter un pistolet les yeux bandés, en quelques secondes, entre deux moqueries fraternelles et des cauchemars qui remplissent ses nuits. Affaire d’héritage.

Il reste 62% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents