Cyberattaque : Microsoft s’en lave les mains

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


À qui la faute ? La cyberattaque de la semaine dernière, qui a touché 200 000 utilisateurs de 150 pays, exploitait une faille du système ­Windows de Microsoft, lequel équipe près de 90 % des ordinateurs dans le monde. Mais Brad Smith, l’un des directeurs du géant de l’informatique, préfère accuser la NSA : l’agence d’espionnage numérique des États-Unis détenait secrètement des « failles » de ­Windows, que des hackers lui ont volées !

Smith en appelle à une « convention de Genève » pour que les États élaborent des règles dans la guerre numérique. Mais quid de la guerre commerciale ? La firme met périodiquement sur le marché de nouvelles versions de Windows recelant notoirement des défauts, laissant aux utilisateurs la charge de les lui signaler pour bricoler des pansements a posteriori. 

Et la faille en cause dans l’attaque de la semaine passée était connue de longue date par Microsoft, qui n’a rien fait jusqu’à mars dernier : elle touche le « vieux » Windows XP, sur lequel toute maintenance a cessé, ce qui pousse les utilisateurs à acheter les versions les plus récentes.


Haut de page

Voir aussi

Grève du 13 janvier dans l’Éducation nationale : dans le cortège, le malaise est partout

Sur le vif accès libre
par et ,

 lire   partager

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.