La gauche part désunie aux législatives

Sur fond de divergences stratégiques, les gauches ne parviennent pas à s’entendre sur des candidatures communes. Coup de projecteur dans cinq circonscriptions françaises.

La gauche peut-elle imposer une cohabitation à Emmanuel Macron dans ce « troisième tour » législatif ? Tout le monde en rêve, mais cela reste peu probable tant les stratégies à l’œuvre entre les différentes formations sont diverses. Du côté de l’aile gauche du PS, on appelle au « rassemblement de la gauche sociale et écologique » contre les candidats d’En marche !. Mais Benoît Hamon, largement battu le 23 avril, n’a pas le poids politique suffisant pour imposer cette stratégie déjà refusée par la France insoumise (FI) à la présidentielle. À l’inverse, FI est persuadée que la seule manière de l’emporter aux législatives est de prolonger la dynamique présidentielle autour de la figure de Jean-Luc Mélenchon, lequel a réalisé d’excellents scores dans bien des circonscriptions. Mais cette ligne a un prix : celui d’un bras de fer avec le Parti communiste français (PCF), qui a soutenu (tardivement) le candidat à la présidentielle, et qui est avant tout soucieux de conserver ses élus dans ce qu’il estime être ses bastions. Résultat, les alliés de la présidentielle pourraient bien se retrouver, aux législatives, en concurrence dans la majeure partie des circonscriptions. Mardi matin, jour de notre bouclage, des négociations avaient toujours cours entre le PCF et FI pour tenter de limiter la casse, mais les relations sont toujours exécrables entre les deux formations – au point que FI a menacé d’engager des poursuites judiciaires contre les candidats communistes utilisant la photo de Mélenchon sur leur matériel de campagne. À lire aussi >> Et si la division à gauche profitait au PCF et à la France insoumise ?

Il reste 90% de l'article à lire.

   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents