SOS Méditerranée lance un appel au G7

31 personnes, en majorité des enfants, ont péri au large de la Libye le 24 mai. La veille, SOS Méditerranée avait secouru 1004 personnes en une journée.

Ingrid Merckx  • 26 mai 2017
Partager :
SOS Méditerranée lance un appel au G7
© photo : Paolo Manzo / NurPhoto

Les images sont terrifiantes : le photographe était à bord du bateau des sauveteurs. Il montre des hommes et des femmes qui s’agrippent les uns aux autres, ne sachant pas nager, épuisés sous des gilets de sauvetage qui ne les maintiennent presque plus à la surface. Leur embarcation surchargée de 500 personnes était en train de chavirer au large de la Libye. C’était le 24 mai. Il y a eu 31 morts dans ce nouveau drame. En majorité des enfants.

Plus de 200 migrants auraient péri en Méditerranée depuis le début de la semaine. 1200 depuis le début de l’année. Avec les beaux jours, ils sont de plus en plus nombreux à tenter la traversée vers l’Europe.

L’Aquarius, le navire affrété par SOS Méditerranée et Médecins sans frontières, annonce avoir secouru 1004 personnes en détresse le 23 mai à bord de neuf bateaux pneumatiques et deux canots en bois au large des côtes libyennes. Un record pour une seule journée. Mais l’opération a été interrompue par des tirs venant d’un bateau de garde-côtes libyen.

L’Aquarius et les canots de sauvetage se trouvaient dans les eaux internationales à environ 14 milles marins des côtes libyennes, dans les eaux internationales, lorsqu’à 12h30, une embarcation armée de 4 mitrailleuses fixes, et se présentant comme appartenant aux garde-côtes libyens, a effectué une première approche à grande vitesse des opérations en cours, créant de grosses vagues et mettant en péril le sauvetage délicat de personnes embarquées sur des canots pneumatiques extrêmement fragiles.

Peu après, à 12h46, une salve de tirs d’arme à feu a été entendue jusqu’à bord de l’Aquarius, en provenance d’un des canots pneumatiques en cours de sauvetage. Il s’agissait de tirs en l’air, d’intimidation contre les migrants de la part des gardes côtes libyens dont deux étaient montés à bord du canot pneumatique, selon les témoins de la scène. Si ces tirs n’ont fait aucune victime, ni aucun blessé direct, plusieurs dizaines de personnes qui se trouvaient encore à bord du canot pneumatique se sont jetées à la mer sous l’effet de la panique et ont tenté de rejoindre l’Aquarius.

La vice-présidente de l’association, Sophie Beau, lance un appel aux dirigeants du G7 réunis ce 25 mai à Taormina en Sicile : l’impératif de sauvetage ne peut être laissé aux seules organisations non gouvernementales (ONG) face à cette crise humanitaire majeure :

La situation dramatique de ce mardi – qui est le triste quotidien en Méditerranée – montre encore une fois la gestion totalement inadéquate de cette crise qui a déjà coûté la vie à plusieurs dizaines de milliers de personnes. L’impératif du sauvetage ne peut pas être laissé aux seules ONG, et la délégation de cette tâche aux garde-côtes libyens, loin d’être une solution face à l’inexistence de structures étatiques dignes de ce nom en Libye, met en danger des vies de naufragés qui fuient déjà un véritable enfer sur le sol libyen. Il revient aux responsables politiques et aux institutions internationales de trouver une solution adéquate pour protéger ces personnes en fuite. […] Nous invitons les dirigeants à proposer d’urgence une solution respectueuse de la législation internationale et des droits de l’homme à cette crise humanitaire majeure qui se déroule aux portes de l’Europe.

Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don