Calais : le Défenseur des droits dénonce des atteintes d’une « inédite gravité »

Vanina Delmas  • 14 juin 2017
Partager :
Calais : le Défenseur des droits dénonce des atteintes d’une « inédite gravité »
Photo : Des bénévoles bravent l'interdit de la mairie de Calais en distribuant de la nourriture aux migrants en mars 2017.
© PHILIPPE HUGUEN / AFP

Les associations locales clament leur désarroi depuis des semaines mais les mots du Défenseur des droits pèsent plus lourds. « Conditions de vie inhumaines », « traque », « atteintes aux droits fondamentaux les plus élémentaires »… Son constat est dramatique. En visite à Calais en début de semaine, les services de Jacques Toubon se sont entretenus avec des migrants et des bénévoles, entendant leurs récits et observant les multiples entraves des pouvoirs publics depuis plusieurs mois pour empêcher toute distribution de nourriture et d’eau, malgré une décision du tribunal administratif de Lille en mars dernier favorable aux humanitaires.

Le Défenseur des droits demande dès à présent la fin de cette sorte de traque, l’autorisation des distributions de repas, la mise à l’abri des mineurs sur place, la mise en place d’un lieu où les personnes peuvent se reposer, se ressourcer et envisager la suite de leur parcours migratoire.

Le Défenseur des droits note qu’entre 500 et 600 migrants « dorment à même le sol, quelles que soient les conditions climatiques, parfois avec un sac de couchage donné par les associations ». Une estimation plus proche de celle donnée par les associations que par les services de la préfecture. Il attire notamment l’attention sur la détresse des femmes, parfois enceintes : depuis la fermeture du centre Jules-Ferry, « aucun dispositif d’accueil ou d’hébergement ne leur semble accessible, alors même que la protection maternelle et infantile impose une telle prise en charge. » Même inquiétude pour les mineurs souhaitant toujours se rendre en Grande-Bretagne puisque « la prise en charge par l’aide sociale à l’enfance implique, le soir et la nuit, un passage par le commissariat, ce qui rend particulièrement dissuasive la démarche. »

À lire aussi >> Une situation effrayante à Calais

L’Auberge des migrants et Utopia 56 avaient interpellé l’opinion publique et directement le président de la République sur la persistance et l’intensité des violences policières. Le Défenseur des droits incrimine directement l’État et « exhorte les pouvoirs publics à ne pas s’obstiner dans ce qui s’apparente à un déni d’existence des exilés. »

À lire aussi >> Calais : les associations s’indignent des violences policières quotidiennes

Société
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

L’expulsion du « En Gare » à Montreuil menace des sans-papiers
Entretien 24 mai 2024 abonné·es

L’expulsion du « En Gare » à Montreuil menace des sans-papiers

Une vingtaine de personnes, pour la plupart sans papiers, vivaient dans ce squat montreuillois. Elles risquent d’être expulsées du pays, craint un coordonnateur du lieu qui nous expose les raisons et conséquences de cette opération de police.
Par Pauline Migevant
À la maison, à l’école, en ligne ou dans la rue : les violences LGBTIphobes sont partout
Violences 17 mai 2024 abonné·es

À la maison, à l’école, en ligne ou dans la rue : les violences LGBTIphobes sont partout

Deux rapports, l’un de SOS Homophobie, l’autre de l’Observatoire LGBTI+ de la Fondation Jean Jaurès révèlent, en cette Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie, l’insécurité dans laquelle vivent les personnes LGBT et ce, dès leur plus jeune âge.
Par Hugo Boursier
Mobilisations étudiantes pour Gaza : « Un véritable tournant répressif »
Jeunesse 17 mai 2024 abonné·es

Mobilisations étudiantes pour Gaza : « Un véritable tournant répressif »

Multiplication des interventions policières, fermeture des lieux d’études, annulation ou interdiction de conférences : la répression des étudiants en raison de leur mobilisation pour le peuple palestinien est devenue la seule réponse des universités.
Par Léa Lebastard
« L’inceste, c’est toute une vie de silence »
Entretien 16 mai 2024 abonné·es

« L’inceste, c’est toute une vie de silence »

Dans un entretien donné à Politis, l’anthropologue Dorothée Dussy décrit les mécanismes du silence autour de l’inceste empêchant les victimes d’être entendues.
Par Pauline Migevant