Des pirates anti-migrants en Méditerranée

Génération identitaire tente d’empêcher l’Aquarius, le bateau des humanitaires, de prendre la mer.

Politis  • 14 juin 2017
Partager :
Des pirates anti-migrants en Méditerranée
© photo : Paolo Manzo / NurPhoto / AFP

Des vestes jaunes contre des gilets de sauvetage orange, un groupuscule d’extrême droite contre des ONG secourant les migrants. Génération identitaire a lancé sa fronde contre SOS Méditerranée le 12 mai, en tentant d’empêcher l’Aquarius, le bateau des humanitaires, de prendre la mer depuis le port de Catane, en Sicile. Les garde-côtes italiens sont intervenus à temps, mais les identitaires ont affirmé qu’ils reviendraient. Une menace qu’ils envisageaient de mettre à exécution grâce à des dons. C’est chose faite puisqu’ils ont lancé dans la foulée une campagne de financement participatif via le site Defend Europe. L’objectif de 50 000 euros a été dépassé en trois semaines. Comble de l’ignominie, ils justifient leur projet en affirmant que ces « ONG qualifiées d’humanitaires trafiquent des centaines de milliers de clandestins en Europe et mettent en danger la sécurité et le futur de notre continent. Ils sont les responsables des noyades de masse de milliers d’Africains dans la Méditerranée ».

Au même moment, SOS Méditerranée lançait son « Appel du 8 juin » afin de mobiliser sur les sauvetages en mer. Un cri du cœur étouffé par l’opération de communication haineuse des identitaires. Les sauveteurs sillonnent la mer depuis mars 2016 pour secourir les migrants à la mer. En quinze mois de navigation, les équipes de SOS Méditerranée ont effectué une centaine d’opérations et ont recueilli près de 19 000 personnes. À Paris, des identitaires avaient déjà fait irruption lors d’une vente aux enchères des « cadenas d’amour » des ponts de la capitale, dont la recette était offerte à des associations s’occupant de l’accueil des migrants. La bataille de la haine contre la générosité est engagée.

Monde
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Géorgie : face au gouvernement pro-russe, la guerre culturelle
Reportage 28 février 2024 abonné·es

Géorgie : face au gouvernement pro-russe, la guerre culturelle

Face à la purge menée par l’actuel gouvernement pro-russe, les artistes et les responsables d’institutions culturelles se rebiffent. Ils dénoncent une mainmise du Kremlin sur le pays, qui a redoublé depuis le début de la guerre totale en Ukraine, et luttent contre le retour de l’influence russe.
Par Audrey Lebel
En Allemagne, la traque aux pro-palestiniens
Allemagne 26 février 2024

En Allemagne, la traque aux pro-palestiniens

Une association étudiante de l’université de Bayreuth, en Bavière, est attaquée en justice après avoir organisé un colloque en faveur d’une paix juste et durable au Proche-Orient entre les peuples palestinien et israélien.
Par Denis Sieffert
Malgré le choc, « ne pas abandonner » le combat de Navalny
Reportage 23 février 2024

Malgré le choc, « ne pas abandonner » le combat de Navalny

Un rassemblement en hommage à Navalny s’est tenu le 22 février à Paris. Politis s’y est rendu pour comprendre comment les Russes en exil voient désormais la lutte contre le régime de Poutine.
Par Pauline Migevant
« La crise sénégalaise est un héritage de la Françafrique »
Françafrique 21 février 2024 abonné·es

« La crise sénégalaise est un héritage de la Françafrique »

Le Sénégal portait en France l’image flatteuse d’une « vitrine démocratique » en Afrique de l’Ouest. Mais le report par le président Macky Sall du scrutin présidentiel du 25 février a brutalement changé la donne. Un « coup d’État civil », qualifient la journaliste Fanny Pigeaud et l’économiste Ndongo Samba Sylla, coauteurs d’un nouvel essai sur la Françafrique.
Par Patrick Piro