Des pirates anti-migrants en Méditerranée

Génération identitaire tente d’empêcher l’Aquarius, le bateau des humanitaires, de prendre la mer.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Des vestes jaunes contre des gilets de sauvetage orange, un groupuscule d’extrême droite contre des ONG secourant les migrants. Génération identitaire a lancé sa fronde contre SOS Méditerranée le 12 mai, en tentant d’empêcher l’Aquarius, le bateau des humanitaires, de prendre la mer depuis le port de Catane, en Sicile. Les garde-côtes italiens sont intervenus à temps, mais les identitaires ont affirmé qu’ils reviendraient. Une menace qu’ils envisageaient de mettre à exécution grâce à des dons. C’est chose faite puisqu’ils ont lancé dans la foulée une campagne de financement participatif via le site Defend Europe. L’objectif de 50 000 euros a été dépassé en trois semaines. Comble de l’ignominie, ils justifient leur projet en affirmant que ces « ONG qualifiées d’humanitaires trafiquent des centaines de milliers de clandestins en Europe et mettent en danger la sécurité et le futur de notre continent. Ils sont les responsables des noyades de masse de milliers d’Africains dans la Méditerranée ».

Au même moment, SOS Méditerranée lançait son « Appel du 8 juin » afin de mobiliser sur les sauvetages en mer. Un cri du cœur étouffé par l’opération de communication haineuse des identitaires. Les sauveteurs sillonnent la mer depuis mars 2016 pour secourir les migrants à la mer. En quinze mois de navigation, les équipes de SOS Méditerranée ont effectué une centaine d’opérations et ont recueilli près de 19 000 personnes. À Paris, des identitaires avaient déjà fait irruption lors d’une vente aux enchères des « cadenas d’amour » des ponts de la capitale, dont la recette était offerte à des associations s’occupant de l’accueil des migrants. La bataille de la haine contre la générosité est engagée.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents