Le pouvoir et le genre

Frédérique Matonti montre les effets inattendus de l’instauration de la parité dans la vie politique française.

Olivier Doubre  • 14 juin 2017 abonné·es
Le pouvoir et le genre
© photo : DENIS CHARLET/AFP

En 2005, l’historienne féministe états-unienne Joan W. Scott, considérée comme la principale fondatrice des women studies [1], publiait une étude sur la genèse de la loi du 6 juin 2000 « relative à l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et aux fonctions électives » et les débats qui avaient précédé son adoption. Elle en soulignait les limites, qui imposent le principe de la « parité » seulement aux candidats et non effectivement aux élu(e)s. Mais, surtout, ce qui avait le plus « intrigué » la chercheuse était la conception « très française » d’une mesure qui ne relève ni de la discrimination positive ni des quotas, mais se veut « strictement universaliste » puisqu’elle ne remet pas en

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Idées
Temps de lecture : 3 minutes

Pour aller plus loin…