Législatives : pourquoi vous ne trouverez peut-être pas toutes les professions de foi dans votre boîte aux lettres…

Depuis que l’envoi du matériel électoral a été délégué au secteur privé, la diffusion du matériel électoral est un vaste capharnaüm. Au point que dans plusieurs dizaines de circonscriptions au moins, les électeurs ne le recevront pas intégralement.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Quand une question économique se transforme en atteinte directe à la démocratie. Pour baisser les coûts de l'élection, l’État a décidé de sous-traiter au privé la mise sous pli et la distribution des professions de foi et des bulletins de vote. Résultat, c’est le bazar. Martine Billard, responsable de la France insoumise a tiré la sonnette d’alarme, dans un communiqué de presse publié ce matin :

Dans de nombreuses circonscriptions, le matériel officiel, qui avait pourtant été livré sans problème au prestataire privé chargé de la mise sous pli, n'est jamais arrivé au domicile des électeurs. Dans certaines circonscriptions il n'y a ni profession de foi ni bulletin, dans d'autres il manque l'un ou l'autre.

Et elle n’est pas la seule. L’Union populaire républicaine (l’UPR) a ainsi elle aussi relevé des problèmes dans une quinzaine de circonscriptions : « Cette anomalie témoigne de l’affaiblissement du service public et des moyens alloués par l’État à l’exercice de la démocratie, s'indigne le parti de François Asselineau. Elle donne également l'impression que les élections sont de moins en moins traitées avec sérieux par les pouvoirs publics, comme s’il était entendu que les élections ne changent rien à rien, que les électeurs n’ont pas besoin de connaître l’ensemble des candidats qui se présentent, et que, de toutes façons, les résultats sont joués d’avance. » Reste que si le préjudice est plus grand quand le parti est petit (et donc peu connu), tout le monde trinque : des Républicains au NPA, en passant par le PS, et dans toute la France.

Couacs

Des couacs kafkaïens ont par exemple été relevés dans l’Oise, où sont touchés une quinzaine de partis. Notamment la France insoumise, dont le matériel électoral a été envoyé… en Seine-et-Marne. Pis : « Après avoir livré le million de bulletins [il en faut deux par électeur : l’un livré à domicile, l’autre en mairie, NDLR] à mauvaise destination, les professions de foi ont été acheminées à Pontault-Combault mais… en retard et sans bon de livraison », souligne Le Parisien. La candidate insoumise, Marie-Laure Darrigade, se voit ainsi obligée de livrer elle-même son matériel au domicile des gens. Elle se serait bien passée d'une élection 100 % « home made » !

En région parisienne, Le Parisien fait état de plusieurs problèmes : des professions de foi manquantes ou jamais arrivées dans les boîtes aux lettres dans les Hauts-de-Seine, à Asnières et Montrouge, mais aussi dans le Val-de-Marne, à Créteil et à Ablon-sur-Seine, ou encore en Seine-Saint-Denis, à Rosny-sous-Bois ou à Aubervilliers. En Occitanie, c’est « le cirque, l’anarchie. Des professions de foi sont absentes de plis. Parfois, on trouve six fois le même bulletin », ont dénoncé, sur France 3 Région, des insoumis des Hautes-Pyrénées qui ont lancé un appel pour en savoir plus sur l’ampleur du phénomène.

En Haute-Savoie, les professions de foi du député LR sortant Bernard Accoyer (qui se présente comme suppléant) ont été envoyées… dans la Loire, à Roanne (lire ici). L’AFP estime que, dans le même département, « d'autres candidats se sont plaints de l'absence de leur matériel : Chantal Touvet (PCD) dans la 2e circonscription , Astrid Baud-Roche (DVD), Marion Lenne (REM) et Jean-Baptiste Baud (PS) dans la 5e circonscription du Chablais ». La préfecture plaide le manque de temps pour réimprimer et réacheminer toute la paperasse, et prie les électeurs de se rendre sur Internet. En l’occurrence sur un site mis en place par le gouvernement qui s’avère assez complexe d’utilisation pour l’internaute moyen – on imagine ce qu’il en est pour les 70 ans et plus, ou pour les personnes qui n’ont pas un accès facile à Internet…

En réalité, le problème n’est pas nouveau, puisque le gouvernement avait déjà « expérimenté » (sic) la « modernisation » (re-sic) de la distribution du matériel électoral aux dernières départementales ainsi qu’aux régionales. La profusion inédite des listes, mais aussi la montée en puissance progressive de la privatisation, rend sans doute le processus encore plus complexe pour ces législatives. « Dans le passé [la] mise sous pli était gérée par les préfectures. Elle a ensuite été privatisée mais à un niveau local, permettant encore le contrôle par les candidats. Cette année le choix de gérer cela par de grandes régions a empêché tout contrôle et provoque donc de nombreux dysfonctionnements », souligne Martine Billard, qui dénonce un « déni de démocratie ».


Haut de page

Voir aussi

Articles récents